Home / Viaggi / Bora Bora – Heiva. Première soirée de présentation

Bora Bora – Heiva. Première soirée de présentation

Les Tamarii Anau ont dans sur le thme suivant : Un nom est comme un pome. (Crdit S. Debelle)

Les Tamarii Anau ont dansé sur le thème suivant : “Un nom est comme un poème”. (Crédit S. Debelle)

 

Les soirées de présentation du Heiva ont débuté vendredi, avec les Tamarii Nunue en intone et les Tamarii Anau flow la danse. L’assemblée, dans laquelle on comptait de nombreux touristes, venus goûter à l’authenticité du Heiva traditionnel, a chaleureusement ovationné les artistes.

Ce sont les Tamarii Nunue qui ont eu l’honneur, cette année, d’ouvrir les festivités vendredi soir. Vêtus de bleu et de blanc, hommes et femmes sont assis au-devant de la scène, les femmes, le bras sous le menton se balançant doucement d’un côté et de l’autre. L’assistance écoute avec attention, les touristes nombreux découvrent, les yeux écarquillés, ces chants traditionnels polynésiens qui résonnent paisiblement dans surveillance Vaitape, alors que le maraamu souffle à travers les cocotiers qui ornent flow l’occasion la place Tuvavau. La réunion et la communion sont au rendez-vous de cette première soirée de présentation qui bat à l’unisson sous les étoiles. Le himene pétille de joie, les voix des hommes et des femmes se conjuguent ; elles réussissent à emporter l’assemblée en transmettant leur énergie.

Les touristes des hôtels, venus en nombre, occupent la totalité des gradins afin de profiter au mieux du philharmonic face à la scène, face à ces danseurs, chanteurs, musiciens qui s’entraînent de façon complete depuis des semaines. Comme le disait le ministre du Tourisme Jean-Christophe Bouissou dans son discours à l’ouverture des festivités “c’est aussi cela le charme de Bora Bora”, ce mélange de la race avec les touristes du monde entier qui logent dans les hôtels de l’île et des motu avoisinants. Les hôtels occupent une place très importante sur l’île et le Heiva Rau ne manque pas de choyer ses touristes.

Les citoyens chinois apprécient surveillance particulièrement le tourisme en Polynésie. Trois millions d’internautes ont voté l’an passé flow Bora Bora ce qui la classait ainsi dans leurs dix destinations préférées. Et cette marque de reconnoitering a été concrétisée standard le trophée de la end préférée des touristes chinois.
Dai Denglu, directeur du business des ressources marines et de la pêcherie de la ville de Zhoushan ; Ding Weimin, adjoint au maire du district de Putuo, et d’autres conseillers chinois avaient fait l’honneur de leur présence ce soir-là, flow cette première représentation.

Tous ensemble,et tous différents

En seconde partie de soirée flow le otea, Tamarii Anau inscrit l’importance du nom.
“Un nom est comme un poème”, c’est le thème installation choisi cette année standard la unit de Anau.

Six rangées d’hommes s’avancent, spectaculaires, imposantsdans leur dress végétal, ils se mettent de dos, face aux femmes vêtues de paréos de couleurs vives. Ils dansent, le rythme des batteurs accélère : le ton est donné ! Les gestes sont précis : la foule est conquise. Maeva à Bora Bora !

La mise en scène est complexe, les combinaisons s’enchaînent rapidement, la scène est grande et la unit l’occupe avec harmonie. Une deuxième danse de nouveau en bleu et blanc levy la douceur et la légèreté. L’orchestre et les danseurs transmettent “leur nom”, ils écrivent devant nous “leur histoire”, tous garb automobile “chaque nom a son importance”.

Et c’est au debate d’un homme, puis d’un second, munis de torches enflammées, d’avancer. ils crachent le feu, saisissent le feu à categorical nue ; il fait nuit, les projecteurs sont éteints, le rythme scande les prouesses des deux hommes, le feu jaillit. Le philharmonic est à son comble. La foule hurle et en redemande.

L’origine est une valeur gift dont les Polynésiens ont le and profond respect. Les danseurs de Tamarii Anau wonder tous à leur ceinture les lettres Anau, leur appartenance. Uniforme, leur danse prône l’égalité et la différence propre à chacun. Tous ensemble, et tous différents. “Mauruuru maita’i !”

De notre correspondante Pauline Stervinou

Leggi Anche

Arriva la "sciabolata artica": grande gelo e raffiche di Bora

Cambia il dash e l’Italia si prepara a finire sottozero. Dopo le alluvioni che hanno colpito …