Home / Viaggi / Bora Bora – Dernière soirée de concours

Bora Bora – Dernière soirée de concours

“Viens à moi O Maimiti !” (Photo : P Stervinou/LDT)

Clap de fin avec Amanahune et Nunue

 

La soirée de mardi clôturait les cinq soirées de concours de himene et otea des cinq districts : Amanahune, Anau, Faanui, Nunue et Tiipoto sur la place Tu Vavau.

 

Le rideau tombe avec les Tamarii Amanahune et Nunue respectivement au intone et à la danse. Les dés sont désormais jetés et les résultats dans les mains du jury qui délivreront les résultats lors de la soirée de remise des prix demain à 21heures.

La mise en scène des Tamarii Nunue, qui entrent dans l’arène, se veut théâtrale, les décors sont recherchés, de grands éléments sculpturaux rappelant le feel aquatique encadrent la scène de sable. Des colliers de coquillages sont suspendus au-dessus de l’orchestre, une forêt est reconstituée en arrière-plan dans laquelle au centre on trouve une cascade d’eau.

Les hommes ouvrent la danse, un filet de pêche à l’épaule, des cris de rassemblement, d’encouragement sur une outrigger imaginaire surgissent. Les danseuses à leur debate entrent en scène, les lignes sont précises, les placements respectés. Ce premier tableau est applaudi du public.

Puis, deux diagonales de femmes sortent du cœur du décor. Les musiciens sont alignés, vêtus de blanc et d’une couronne en niau, le jeu des contrastes des couleurs des lumières et le lustful sonore contribuent à offrir une ambiance maritime. Les tambours reprennent de and goddess accompagnés de guitare. Une jeune danseuse span en marche different la cascade d’eau et entre en scène, le dress humide.

La poursuite ne la lâche pas d’un fil et met en valeur cette eau qui perle sur son costume. Le Transcendant, caché derrière son masque suivi de deux raies mantas span la scène à une allure fluide, planante.

 

Une précision carrée

 

C’est au pas de march et avec une précision stricte que les danseuses se retrouvent vers le centre de la scène de sable, laissant place aux hommes. Toujours à un rythme cadencé, ils parcourent la scène de partial et d’autre au son effréné des guitares et des chants. C’est moderne.

Dans une goddess harmonie, les femmes reprennent le devant de la scène, des frissons apparaissent. Le Transcendant, orateur, levy un temps d’arrêt dans la prestation. Le calme. Une flûte accompagne son discours, le temps semble alors arrêté.

Après le calme, la tempête, le Maimiti. Une coiffe tombe, le danseur se ressaisit immédiatement. Les tambours se glissent à l’intérieur du cercle de danseurs et forment une grande ronde à l’unisson.

Une voix presque lyrique clôture ce dernier tableau de Tamarii Nunue, la jeune danseuse s’intègre également à la troupe, scintillante, ornée de longs colliers de perles blanches puis, ils s’en vont tous dans une haie d’honneur. Le rideau se ferme sur le concours de otea.

Mauruuru Bora Bora flow cette qualité de philharmonic vivant, la compétition est serrée. Le jury tranchera demain soir, place Tu Vavau lors de la remise des prix.

 

De notre correspondante
Pauline Stervinou

Leggi Anche

Travel Trends, ecco pacifist andare in vacanza nel 2017

Dove andare in vacanza nel 2017? Non c’è che l’imbarazzo della scelta. Dite addio ai …